Perdue au nord du Danemark, dans une propriété isolée du monde, vit la famille Haarder. Héritier d'un tradition de menuisier, Jens vit avec sa femme et sa fille en quasi autarcie. Il a élevé cette dernière dans l'amour des arbres et de leur résine dont il se sert pour momifier animaux... et humains. Jens dans un perpétuel réflexe de protection et pour éviter de dépendre de quiconque a pris l’habitude d'accumuler des objets de toute sorte pour constituer une sorte de funeste et gigantesque bric-à-brac qui va bientôt coloniser l'ensemble de sa maison et de ses alentours.

L'horreur va dès lors se faire jour quand, enfermé dans une folie meurtrière inédite, Jens, pourtant très amoureux de sa femme, a laissé celle-ci grossir d'une telle manière qu'elle est devenue prisonnière de sa chambre tant son poids a prix de monstrueuses proportions. Après avoir tué sa mère et embaumé son corps, il a dans l'idée d'abandonner sa femme à son triste sort sous les yeux de sa fille qui ne sait plus si elle doit continuer d'admirer ce père farouche ou de le redouter. Un habitant du village, intrigué par cette famille hors norme, va pénétrer dans ce cercle infernal et affronter le monstre.

En dévoiler davantage serait faire injure à une intrigue renversante et à son terrible dénouement. Avec Résine, Ane Riel livre un texte étouffant et sublime qui ne ressemble à rien de connu et n'appelle pas de descendance. Roman majestueux et tragique qui se révèle en diamant noir.

Cedric BRU
Traduit du danois par Terje Sinding