C'est au travers des mémoires d'Harry Maynert, protégé et assistant de Jambecreuse,qu'on suit notre homme, ami d'Erasme et transfuge de Bâle, à la cour de Barbe Bleue. Bénéficiant de précieuses protections telles que celles de Thomas More ou de Thomas Cronwell, Jean se voit charger par le bouillant monarque de parcourir l'Europe pour peindre certaines princesses étrangères qui, si leurs physiques le charment, pourraient l'accompagner au lit autant que sur le trône. Connaissant l’irascibilité du roi et son penchant pour les décapitations, Jambecreuse n'a plus qu'à bien se tenir et donner à ses portraits le goût de vérité attendu par son prestigieux commanditaire. Position difficilement tenable quand, en plus, au dessus de sa tête plane une sourde menace venue de dangereux cercles dominicains.

A la faveur de cette expédition et de moultes autres aventures qui ne laissent jamais le lecteur au bout de ses surprises, on tourne les pages d'un livre passionnant et endiablé. Une fois de plus, Harry Bellet démontre ses qualités de conteur et ses talents d'historien. Son style tout de légèreté, de truculence et d'humour est au service de la plus rigoureuse et foisonnante documentation. Rarement un roman historique n'aura autant mérité son appellation et su éviter les écueils d'un genre souvent à bout de souffle. C'est aussi une remarquable réflexion sur la place de l'artiste dans le concert des puissants et sur le prix de la vie au fil des âges.

Au terme de cette trilogie qui fera date, une question reste en suspens : sur quelle figure historique, Harry Bellet, pour notre plus grand plaisir, va désormais jeter son dévolu ?

Cedric BRU