Toujours affecté à la brigade de nuit où il est supposé réparer ses écarts de conduite, Waits est chargé, aux côtés de son supérieur, l'inspecteur principal Sutcliffe, de veiller sur Martin Wick surnommé le Somnambule. Ce dernier, hospitalisé dans un état critique, est accusé d'avoir massacré une famille ce qu'il nie avec ses dernières forces. Alors qu'il semble pourtant prêt à parler, une inconnue s'introduit dans le service et le tue, faisant au passage une autre victime parmi la police et laissant Sutcliffe entre la vie et la mort.

Sa hiérarchie, calculatrice et sans scrupules, demande alors à Aidan Waits, parfait gibier de potence, et victime expiatoire idéale, de faire la lumière sur cette sombre affaire au risque de se voir définitivement radié de la police et incarcéré aux côtés de dangereux malfrats trop contents d'avoir un flic à martyriser.

Flanqué d'une coéquipière soupçonneuse, victime d'un odieux chantage, et menacé jusque dans sa vie privé, Aidan va parcourir les stations d'un calvaire sans fin qui le laissera exsangue. Il devra à son seul flair d'oiseau de nuit et à un instinct de survie hors du commun de mettre au clair un dossier maculé de boue et de prolonger une vie fatiguée.

Sans toujours retrouver l'ambiance méphitique et la sombre gravité de Sirènes, Somnambule n'en reste pas moins un polar de grande classe. Sa noirceur extrême et la liberté de ton avec laquelle Joseph Knox aborde les pires vices du monde le rapproche du meilleur d'Irvine Welsh ou de Ian Rankin.

Cedric BRU
Traduit de l'anglais par Jean Esch