1960. Au moment où le skiffle et le rythm'n blues bousculent la jeunesse anglaise, un quatuor s'active dans l'ombre tout occupé à rejoindre les innombrables groupes interchangeables du moment. Deux ans après la formation est stabilisée. John Lennon, Paul Mc Cartney, George Harrison et Ringo Starr sont à la manœuvre sous la houlette de Brian Epstein leur tout jeune manager. La légende peut s'écrire.

Fourbissant leurs armes dans les clubs de Liverpool dont ils sont originaires et à Hambourg où ils se présentent comme des showmen d'exception, les Beatles, à l'inverse de nombre de leurs homologues (dont les Rolling Stones), vont se révéler être des compositeurs brillants et inspirés. Qualité essentielle qui va les propulser au firmament du rock.

Dès lors, de 1962 à 1969, ils ne vont plus quitter le devant de la scène en enchaînant titres et albums tous plus novateurs et énergiques les uns que les autres. Ce qui n'aurait pu être qu'un phénomène éphémère et contrarié (Animals, Them, Troggs, Kinks...) va se révéler comme l’événement essentiel de la culture des sixties. En effet, qui ne connaît pas Revolver, Sergent Pepper, L'Album Blanc ou Abbey Road ?

Groupe charismatique aux dons multiples, les quatre garçons dans le vent surent être tout à la fois des virtuoses surdoués, des compositeurs hors pair et des pop star suprêmes. Plus connus que Jésus Christ selon la formule (maladroite mais vraie) de Lennon. Visionnaires, ils furent aussi des inspirateurs de modes, de courant musicaux, de mouvement spirituels voire de positions politiques.

Leur séparation en novembre 1969 fut vécue comme un traumatisme par toute une génération. Les Fab Four avec près de deux milliards de disques vendus ont pulvérisé tous les records et continuent de séduire les amateurs de grandes mélodies et de musiques rythmées.

Frédéric Granier fait de cette lecture non seulement un plaisir de fan et d'érudit par son foisonnement et son style agréable mais surtout donne irrésistiblement envie de se replonger dans cette discographie sans égal.

Cedric BRU