Idée épatante : Philippe Brossat a composé dans Streets of New York, une sorte de jeu de piste géant recensant la présence et la fréquentation, quartier par quartier, d'autant de monstres sacrés qui ont laissé une marque indélébile dans cette cité-musique.

C'est ainsi que parcourant Manhattan, le Bronx, le Queens et Brooklyn, on effectue une sorte de pèlerinage musical en visitant des endroits désormais célèbres, mais aussi d'autres demeurés plus confidentiels et que les travaux de recherche et d'érudition de l'auteur remettent opportunément à jour.

Dans l'Upper East Side, au 56 Ludlow Street on se souvient de la naissance du Velvet Underground quand au 285 Lafayette Street, on découvre la dernière demeure de David Bowie. Dans l'East Village, on reconnaît le célèbre mur en briques qui ornait la couverture du 1er album des Ramones et on s'arrête devant le CBGB qui vit la naissance du punk. A Chelsea, on reste fasciné devant le mythique Chelsea Hotel immortalisé par Nico et qui abrita, un jour ou l'autre, tout le gratin de la contre culture. Au croisement de la 54ème et de la 8ème, on se remémore les folles soirées du club 54 qui inspira directement le Palace.

Après une ballade dans Central Park, où John et Yoko aimaient se promener, dans l'Upper East Side, se dresse devant nous le Dakota, l'immeuble gothique devant lequel Lennon qui y habitait périt sous les balles de Mark Chapman. Enfin, pas question de passer sous silence Harlem, berceau du jazz avec le Lenox Lounge et le Monette's Super Club, et de la soul avec l'incontournable Appolo, fief de James Brown, qui vit passer toutes les stars de la musique afro-américaine.

Tout ça n'est qu'un rapide aperçu du formidable parcours auquel Philippe Brossat invite le lecteur. Chaque adresse donne lieu à une notice détaillée, érudite et actualisée.

Aujourd'hui, si le rock influence moins l'âme de ces rues, c'est le rap qui puise désormais ses racines et entretient la légende dans les zones âpres du Bronx et de Brooklyn.
Cedric BRU