Dès lors, la police du continent intervient avec à sa tête Harmsen, un flic brutal, sans manières, au lourd passé professionnel. Très vite, ses soupçons se portent sur Michael, un des quatre vacanciers. Il n'accepte aucune contradiction. Il est sûr de son fait. Il y croit dur comme faire. Le meurtrier c'est Michael ! Pourtant, tapi dans l'ombre, un sombre personnage semble dicter sa loi et manipuler hommes et éléments pour arriver à ses fins : tuer encore et encore.

Avec Engloutie, Arno Strobel continue dans la même veine qu'Enterrées Vivantes qui lui a valu un si franc succès en Allemagne. Ici, un tueur sadique et psychopathe, sorte de démiurge insaisissable, poursuit une œuvre criminelle entamée dans sa prime jeunesse et s'amuse à tester son infaillibilité en baladant autant la police locale que le lecteur.

La principale force de ce thriller horrifique et irrespirable réside dans son schéma narratif constitué de plusieurs points de vue destinés à perdre chaque fois un peu plus le lecteur. De plus, à la manière des plus grands reines du suspense (Ruth Rendel, Mo Hayder, Karine Giebel...) Strobel nous entraîne avec malice et brio vers autant de pistes - vraies ou fausses - que la seule volonté de ne pas spoiler l'issue du roman nous interdit de préciser.

Chaque protagoniste de ce remarquable suspense finit par apparaître suspect, laissant alors le lecteur interdit quand la fin, forcement inattendue et bouleversante, nous est cruellement révélée. Lecture noire et effrayante vivement recommandée aux amateurs mais fortement déconseillée aux insomniaques.

Cedric BRU
Traduit de l'allemand par Céline Maurice