C'est à ce courant musical assez composite qu'Arnaud Choutet, spécialiste des musiques roots et populaires, rend hommage dans son ouvrage sérieux et exhaustif intitulé Rock Sudiste. Il nous ramène, tout d'abord, aux origines d'une musique étroitement liée à l'histoire du sud et à la guerre de Sécession en particulier qui va constituer un des marqueurs forts du genre. En effet, l'image du rebelle en butte contre les yankees tout comme celle de vaillants états regroupés sous le drapeau confédéré ont façonné l'imaginaire des enfants du sud bercés autant par le blues du delta que par le rock'n'roll des pères fondateurs eux-même, pour la plupart, issus du sud.

En effet, pétri de contradictions, le rock sudiste emprunte autant à l'héritage des Noirs (blues, boogie, rhythm'blues, soul) qu'a celui des Blancs (country music). Et même, si le rock californien est loin d'être en reste sur ce métissage, le rock sudiste « possède une signature vernaculaire qui le rend reconnaissable. » Une autre signature identifiable sera l'utilisation massive et harmonisée des guitares électriques. Employées sans artifice, elles témoignent par leur coordination et leur complémentarité d'une volonté mélodique hors du commun.

C'est précisément ce qui sera le fort des deux groupes phare, initiateurs du genre, que seront les Allmann Brothers et Lynyrd Skynyrd qui stupéfieront le monde entier par la puissance et la qualité de leurs interprètes. Ce sont eux qui, entre renom et tragédie, scelleront l'avenir du style sudiste. Arnaud Choutet revient en détail sur le parcours de ces formations inégalables avant de passer en revue tous les groupes du genre.

Ainsi, après les groupes fondateurs auxquels il faut rajouter, entre autres, Black Oak Arkansas, Charlie Daniels Band ou Blackfoot, l'auteur s'attarde sur des collectifs à la vocation plus hard voir FM comme Point Blank, .38 Spécial ou Molly Hatchet, plus boogie comme ZZ Top ou davantage groovy comme les Black Crowes qui symbolisent la 2e génération du mouvement. Enfin, il recense habilement la relève actuelle du rock sudiste incarnée brillamment par Gov't Mule ou Hogjaw par exemple.

L'ouvrage n'oublie personne en passant en revue chaque état de la Confédération et leur apport au rock sudiste. Enfin, c'est aux groupes français amoureux et représentatifs du genre qu'il rend hommage. A vrai dire, et même si nous persistons à croire que nombre de traductions de livre références (cités par l'auteur) seraient les bienvenues, ce type d'ouvrage a toute sa place dans la bibliothèque d'un amateur de rock et rend un fieffé service à ceux qui le découvre.
Cedric BRU