A notre décharge, les queers, transgenres et autres performeuses burlesque étaient encore regardées quasiment comme des phénomènes de foire. Quatrième Génération débutait une bibliographie répétitive et originale sur le quotidien des femmes d'aujourd'hui si peu qu'elles aient choisi de vivre « autrement ». Avec Le Corps est une Chimère, Wendy Delorme poursuit cet engagement en proposant un large panorama des amours d'aujourd'hui. Ses héroïnes, lesbiennes pour la plupart, se heurtent aux obstacles, préjugés et verrous d'une société qui proclame sa modernité sans l'accompagner de faits réels. Ainsi, sont passées en revue des femmes impliquées dans l'humanitaire, les métiers du sexe ou les professions « masculines » et les difficultés qu'elles rencontrent à s'épanouir sans avoir à subir toute sorte d'agressions physiques, morales ou verbales. Wendy Delorme, comme toute bonne romancière, aime ses personnages et réussi à nous émouvoir dans cette peinture contemporaine des minorités sexuelles (mais pas que!) qui s’apparente à un « nouveau désordre amoureux » On suit Marion (personnage récurrent) ancienne travailleuse du sexe devenue maman de trois filles avec Élise, Camille humanitaire qui va devoir faire face à la brutalité masculine, Jo jeune flique qui se heurte à une hiérarchie machiste, Maya performeuse burlesque à la sensibilité exacerbée ou encore Isabelle brisée par les humiliations et les amours dévoyés. Toutes offrent à l'auteure une tribune pour parler des sujets d'aujourd'hui (harcèlement, viol, PMA...) dans un style fluide et précis au classicisme tout universitaire (W.D. est diplômée et traductrice) et nullement militant rompant avec la plupart des productions engagées. A noter que les hommes blancs de plus de cinquante ans ne sont pas ici à la fête. En effet, qu'ils soient infidèles, agresseurs ou « dévirilisés », ils donnent tous une vision crépusculaire et délétère de l'amour. Pour autant, chacun des personnages de cette œuvre éclairante possède une charge émotionnelle qui nous fait traverser le roman avec un sentiment de compassion tragique et grandissant.