José Carlos Somoza n’est pas un auteur de polar ni de thriller, plutôt un romancier sophistiqué attiré par le côté secret et labyrinthique de la littérature. Toutefois, Le Mystère Croàtoan en détournant habilement les codes du genre offre un récit monstrueux où l’horrifique côtoie la violence, la science, la raison d’état et l’avenir de l’homme. D’emblée le récit nous prend à la gorge. Carmela, une jeune et brillante éthologue reçoit un mail énigmatique de son directeur de recherche Carlos Mandel mort suicidé deux ans auparavant. Un seul mot : Croàtoan. D’autres proches de l’illustre professeur en sont également destinataires ainsi que pour certains d’une vidéo montrant la disparition macabre d’une famille survenue quelques jours auparavant. Carmela remonte la piste de ce mot mystérieux et découvre qu’il est associé principalement à des disparitions comme celle de 1590 en Amérique de cent vingt colons anglais qui ne laissèrent derrière eux que ce vocable gravé sur un tronc d’arbre. Le grand zoologue à la vie dissolue (homosexualité, goût pour la marge et la violence…) avait toujours enseigné à son élève que le pire restait à venir. Accompagné, entre autres, de son ex, du dernier amant de Mandel et deux jeunes rebelles affectionnés du professeur, Carmela visionne la vidéo testament de Mandel qui anticipe le drame à venir. Elle va assister quasi impuissante à un bouleversement planétaire sans précèdent, un chaos qui voit animaux et humains déroutés et fracassés s’amalgamer les uns aux autres formant de monstrueuses créatures globales, sorte d’agglomérat de matières organiques comme guidées par une puissance sans limites. Logique humaine dépassée par ce qui n’est pas un changement mais bien une évolution inéluctable où les comportements humains et animaux sont plaqués les uns sur les autres. Le groupe réfugié dans un laboratoire va se disloquer peu à peu comme se démettront les forces politiques et militaires jusqu’à ce groupe de mercenaires d’Europol qui opposent un temps et sans succès la force et la logique à l’abomination d’une effrayante destruction. Somoza livre ici un roman abominable et sans merci, apocalyptique mais qui ne cèdent en rien aux « zombitudes » en vogue. Bouleversant, inquiétant et averti, Le Mystère Croàtoan est une bombe. Une bonne adaptation cinématographique serait un évènement.
Traduit de l’espagnol par Marine Millon.